Apparemment, même les machines les plus sophistiquées ne peuvent résister aux escrocs les plus déterminés. Cette théorie a une fois de plus été confirmée aux dépens de certains casinotiers. En effet, une bande organisée composée d’un peu plus d’une douzaine d’individus ont réussi à détrousser plusieurs casinos français pendant près de deux mois. 

le casino d'enghien les bains

L’histoire a donc débuté à Enghien-les-Bains où treize individus ont profité d’une faille des roulettes électroniques pour escroquer le casino le plus réputé de la ville. Déjà confirmée par un technicien, leur technique consistait à activer une manette destinée à la maintenance pour éteindre la machine. Cela provoque inévitablement l’annulation des mises. Ainsi donc, les joueurs peu scrupuleux ont eu la possibilité de jouer autant de fois qu’il leur était nécessaire pour décrocher le gros lot. 

En fait, si elles étaient à la base conçues pour prévenir les triches, ces machines souffrent d’un défaut que les escrocs présumés n’ont pas tardé à découvrir et à exploiter. Le modèle de roulettes en cause est une machine produite par la marque Novomatic. La roulette anglaise électronique (RAE) en effet a été conçue pour se substituer aux anciens modèles à jetons. Comptant entre six et vingt et un sièges, une table de RAE offre une meilleure sécurité pour les casinos et permet aux joueurs de bénéficier d’un confort optimal tout au long de chaque partie. Les malfaiteurs se sont donc contentés de s’asseoir à la même table et de « relancer » la machine chaque fois que le résultat leur était désavantageux.

Il a donc fallu attendre le mois de mai pour que le casino d’Enghien découvre la supercherie et porte plainte auprès des autorités policières. En même temps, il disposait déjà d’une piste quant à l’identité d’au moins l’un des auteurs des faits. En effet, le système de surveillance vidéo de l’établissement a enregistré un homme dissimulant sa main derrière un sac à dos pour activer la manette. Avec tous ces éléments en main, la police a lancé une enquête qui aura duré environ six mois et tous les casinotiers concernés par l’affaire ont tous été alertés dès la constatation des faits ce qui a permis d’appréhender les malfrats. 

Les escrocs présumés, accusés d’escroquerie en bande organisée, ont au total détroussé les casinotiers victimes d’au moins 700 000 euros selon les estimations de la police d’après les probabilités mathématiques. Les individus, âgés entre 20 et 35, ont été déférés au parquet de Pontoise le jeudi 7 décembre dernier après l’interpellation effectuée à leurs domiciles. D’après les informations de la police, ces derniers –composés d’une femme et de 12 hommes – habitent tous dans des cités de l’Ile-de-France.